Pour réserver
Pour réserver

L'histoire du Marbella Club

Lisez la suite...
Quitter
Les années 40
1940
Les années 40
1947
Les années 50
1950
Les années 50
1955
Les années 50
1957
Les années 60
1960
Les années 60
1962
Les années 60
1963
Les années 60
1964
Les années 60
1967
Les années 70
1970
Les années 70
1977
Les années 70
1978
Les années 80
1980
Les années 80
1983
Les années 90
1993

Les années 40

Les années 50

1957
1957

1957

Le Conde Rudi a commencé comme assistant-gérant le premier janvier 1957 avec toute l'énergie de la jeunesse et son optimisme sans bornes.  « Chaque semaine nous avions au moins trois soirées, une chasse au trésor, une soirée habillée sur la plage et ainsi de suite » comme le rappelle le Conde Rudi.  « Il y avait toujours quelque chose de spécial. »  Parmi les gens qui ont été les premiers à visiter le Marbella Club durant la première année de service du Conde Rudi, il y eut des membres de l'aristocratie anglaise, comme Lord et Lady Harewood et Lord et Lady Monkton, ainsi que des membres des maisons royales européennes, y compris l'ancien roi Umberto d'Italie.  

1955
1955

1955

C'est un fait bien connu qu'à l'époque un prince play-boy qui atteignait les trente ans devait se chercher une princesse, et c'est ce que fit Alfonso en 1955.  Ira Furstenberg, âgée de 15 ans, n'était pas seulement une princesse, mais aussi une riche héritière.  Aux dires d'Alfonso ce fut le coup de foudre.  Annoncé dans le Daily Telegraph de Londres comme « la plus grande assemblée de notables européens depuis la guerre », le mariage du prince Alfonso et de la princesse Ira à Venise en 1955 défraya la chronique européenne.  

1950
1950

1950

Pendant que le prince Max était heureux de pouvoir s'asseoir sous les pins et de manger du poisson et des fruits de mer tout frais, le jeune prince Alfonso avait des plans plus ambitieux pour la retraite familiale méditerranéenne.  Enchanté par son atmosphère et par l'attrait qu'il exerçait sur ses proches parents et sur ses amis, et aussi inspiré par les motels qu'il avait visités en Amérique, le jeune prince décida de transformer la propriété en hôtel. C'était l'embryon du Marbella Club qui, avec vingt chambres, une salle à manger et un bar dans la partie centrale de la vieille maison de ferme, ouvrit ses portes en 1954.  Les premiers hôtes furent des voyageurs français qui étaient de passage venant de leurs propriétés en Afrique du Nord en direction de la France pour y passer leurs vacances.  Ils demandèrent s'ils pouvaient passer la nuit et ils restèrent finalement trois semaines.  La vie sur la Costa del Sol à cette époque était simple, plaisante, bon marché et facile.

  • 1957
  • 1955
  • 1950

Les années 40

Les années 60

1967
1967

1967

Au cours de l'été 1967, l'affluence était telle au Marbella Club que quelque 4 000 personnes ne purent y trouver place.  Ceux qui étaient chanceux de pouvoir convaincre le Conde Rudi de leur louer une chambre profitèrent de leur séjour à plein, les femmes dans leurs imprimés Pucci et leurs cafetans, les hommes portant des chemises à col ouvert, certains avec des médaillons, d'autres avec des cravates, et tous ayant du bien bon temps.  Le Marbella Club & Country était le centre récréatif de grand luxe en vogue. Le plus animé, le plus glamour, le point de rencontre sociale qu'il ne fallait pas manquer. Il ouvrait de nouveaux horizons, osait être jeune, laissait chacun se positionner et, par ses portes de fer, tenait à distance les curieux.  

1964
1964

1964

« Chaque semaine, comme se souvient le comte Rudi, nous avions au moins trois soirées, une chasse au trésor, une soirée habillée sur la plage et ainsi de suite. » Au fil de la décennie, ces soirées devenaient de plus en plus élaborées.


Lors d'une soirée « Ouest sauvage », le Conde Rudi apparut avec une vache qu'il se mit à traire, faisant bien rire ses hôtes, et lors d'une soirée « Retour à la nature » un groupe de 20 invités arrivèrent tous cousus les uns aux autres formant un verger. Ce fut alors que le Club passa de la simplicité rurale et presque coloniale au grand luxe. 

1963
1963

1963

Le Conde Rudi raconte ainsi : « Une journée j'ai eu l'idée de commander 40 à 50 ânes pour amener mes hôtes dans la petite pinède au-dessus du Marbella Club.  Nous avions préparé une excellente sangria (avec un peu de Cointreau) et quelques omelettes andalouses typiques à l'intention de nos hôtes.  Les ânes avec leurs guides étaient alignés en face du Club le long de la route principale, qui était à cette époque très peu fréquentée, ce qui nous a permis de traverser la route sans encombre en direction de la colline. Ce ne fut pas une longue randonnée, mais suffisamment longue pour notre joyeux groupe et pour que les « cavaliers étonnamment talentueux » soient tout fiers de leur prouesse.  Lorsque nous sommes arrivés au site improvisé pour faire la fête, il y avait un joli feu de bois allumé et des garçons du village aux souliers bien polis, tous étant de fins guitaristes, grattaient leurs guitares alors que leurs sœurs gitanes dansaient à cœur joie.  Ils nous ont accueillis en nous invitant à participer à cette atmosphère insolite de fête. »

1962
1962

1962

« Au début des années 60, nous avions la discothèque sur la plage et les gens disaient ce que c'est dommage qu'en hiver on ne puisse pas danser. Nous avons donc construit la Salle Champagne en 1962, qui deviendrait l'une des retraites du groupe, le point de rencontre de la jet-set. » La fameuse photo de Gunther Sachs, Brigitte Bardot et du prince Alfonso rappelle à Rudi une soirée particulièrement mémorable.  « Nous avions dîné et tout prit fin dans la Salle Champagne en dansant sur des airs flamenco. Alfonso dansait avec Brigitte et Gunther Sachs s'était mis à genoux devant une des filles, une vraie beauté appelée Chichi, elle était d'une famille gitane typique et la sœur d'un cireur de Marbella.  Mais même si le roi et la reine de la jet-set avaient du plaisir, cela était encore vraiment très simple :  Alfonso et moi mettions à tour de rôle les disques avec l'aide de nos petites amies d'alors. D'ailleurs, Alfonso rapportait les meilleurs disques de New York ou de Mexico ou lorsqu'il rentrait de Londres. » – Conde Rudi

1960
1960

1960

Même si l'Espagne était encore sous une dictature, au moins la côte du sud était en train de devenir une station balnéaire européenne qui commençait à rivaliser avec la Côte d'Azur et Marbella commençait à rivaliser avec Saint-Tropez et Monaco : tout autant bohémienne et détendue que les deux autres et ayant elle aussi un prince qui lui donnait du cachet.  Un nombre incalculable d'aristocrates, de millionnaires et de stars d'Hollywood est venu à Marbella. Juan de Bourbon, comte de Barcelone et père de l'ancien roi Juan Carlos, amarrait son yacht devant la côte et la haute société espagnole venait lui rendre hommage.  

  • 1967
  • 1964
  • 1963
  • 1962
  • 1960

Les années 40

Les années 70

1978
1978

1978

Le 25eanniversaire a eu lieu le 5 juillet 1978.  On eut une idée inusitée pour déterminer les places à table lors de cette soirée qui permit de créer une atmosphère hors du commun. On demanda aux jeunes femmes de mettre un de leurs souliers dans un grand panier, qui a été par la suite emporté dans la zone de cocktail. Chaque homme devait choisir son partenaire pour le dîner en prenant l'un des souliers. Parmi les élégants souliers de satin dans le panier, il y avait un vieux tennis.


Un des hommes, un prince italien très intelligent et très populaire, n'était pas du tout heureux de cette façon inusuelle de déterminer la place des convives à table. Dans son dépit, il saisit ce tennis en considérant que sa soirée était tout à fait gâchée. Mais quelle surprise pour le prince lorsqu'il alla chercher la propriétaire du fameux tennis, car il appartenait en fait à la plus séduisante des filles avec laquelle il avait rêvé de passer la soirée. Cette jeune archiduchesse tomba amoureuse de lui, ils se marièrent et eurent de magnifiques enfants.

1977
1977

1977

L'été 1977 fut vraiment l'été de la jeunesse au Marbella Club, car ce fut la première saison du Club junior, qui était réservé aux jeunes de 5 à 15 ans. Même si ce club n'était pas aussi bien pourvu que ne l'est le Club pour enfants du vingt et unième siècle actuel, la gamme d'activités offertes aux jeunes hôtes était pratiquement illimitée. C'était en effet presque le même programme que le club offrait à ses hôtes plus âgés : ski nautique, voile, planche à voile, tennis, padel (cette merveilleuse invention de Marbella), tout comme l'équitation, des randonnées à dos d'âne dans les collines derrière le club et des chevauchées au clair de lune. Et, tout comme le prince Alfonso avait l'habitude de choisir une jeune femme particulièrement belle pour la couronner Miss Beach Club avec un cercle de bougainvillées, il y eut en 1978 la première compétition de Miss Junior Marbella Club et la victorieuse obtint le droit de se faire appeler Mademoiselle la Reine du Club junior Marbella et, dans le plus pur style du Marbella Club, la jeune fille qui s'était classée deuxième recevait l'accolade de la Reine pour devenir à son tour princesse, comtesse ou baronne.

1970
1970

1970

Durant les années 70, Marbella a complètement changé de physionomie.  José Banús organisa un gala pour inaugurer le port de plaisance qui porte son nom : Puerto Banús.  Banús était un promoteur immobilier visionnaire qui avait connu du succès dans le monde des finances comme constructeur d'HLM.  Son rêve était de créer un parc immobilier idyllique centré sur les sports comme les sports nautiques et le golf, avec Puerto Banús comme pièce centrale, offrant une marina qui pouvait rivaliser avec celle de Monte Carlo et celle de Saint-Tropez.  Puerto Banús a marqué le début d'une nouvelle époque ; durant les années 70, Marbella était devenue la station balnéaire internationale nec plus ultra.  C'était l'endroit où il fallait être et le Marbella Club était l'endroit où il fallait séjourner.  

  • 1978
  • 1977
  • 1970

Les années 40

Les années 80

1983
1983

1983

Le sud de l'Espagne a toujours attiré les types un peu canailles, parmi ceux-ci il y avait Jaime de Mora y Aragon, un charmant aristocrate dont la sœur était la reine Fabiola de Belgique. 

Durant les années 80, il était l'homme le plus élégant de Marbella : il marchait avec une canne, portait un monocle, affichait une barbe à la Napoléon III et avait, bien sûr, étudié avec le prince Alfonso.

Il était présent à toutes les soirées du Marbella Club. 

1980
1980

1980

Dans les années 80, toute la Costa del Sol connut une remarquable croissance et le Marbella Club réagit à ce très grand changement social en devenant en même temps manifestement plus glamour.  L'hôtel fut admis dans l'association The Leading Hotels of the World.  Il devint aussi membre de « Relais et Châteaux ».   Moins de trente ans auparavant, le Marbella Club n'était ni plus ni moins qu'un simple pavillon, dont le principal attrait était un téléphone, et maintenant il prenait place aux côtés des grands hôtels de ce monde, le Plaza Ahténée de Paris, le Claridge's, le Savoy et le Connaught de Londres et le Vier Jahreszeiten de Hambourg, l'alma mater du Conde Rudi.

  • 1983
  • 1980

Les années 40

Les années 90

1993
1993

1993

Le Marbella Club continua de grandir, mais cela se fit de façon graduelle et dans le respect de ce lieu de détente.  Ce que le prince Alfonso fonda comme une auberge aristocratique en bord de route et un pavillon est devenu avec le temps un complexe hôtelier de renommée mondiale qui propose des formules d'hébergement répondant aux besoins et aux goûts de chaque visiteur, allant de suites avec vues embrassant la mer et le Gibraltar jusqu'à de grandes villas privées avec leurs propres piscines et leur propre personnel de service, ayant toutes le charme unique du Marbella Club. 

  • 1993

Les années 40

Les années 40

1947
1947

1947

Ayant entendu tellement parler de la vie sur les bords de la Méditerranée de son cousin Soriano, le prince Max décida de quitter son palais et d'aller y faire un tour pour voir cela de ses propres yeux.  C'est ainsi qu'un jour de 1946 il mit en marche sa Rolls Royce Phantom et prit la direction du sud de l'Espagne.  Il n'aurait jamais imaginé que le fait de s'arrêter pour un pique-nique dans une pinède de la côte dans le sud de l'Espagne serait le début d'une longue histoire. Son fils, le prince Alfonso, revint l'année suivante pour acheter cette propriété rurale de 180 000 mètres carrés. Santa Margarita, l'ancienne propriété, devint la retraite de la famille sur la côte de la Méditerranée. 

1940
1940

1940

À peu près à la même époque, un aristocrate excentrique et un play-boy du nom de Ricardo Soriano Marques de Ivanrey entama conversation avec un propriétaire foncier andalou.  Le propriétaire foncier parla avec passion des charmes de la vie méditerranéenne et comme quelque chose de romantique. Soriano s'accrocha à l'idée d'avoir sa place au soleil et, sans même visiter la région, il acheta la propriété El Rodeo près de Marbella, pas très loin de ce qui est connu aujourd'hui comme Puerto Banús.

  • 1947
  • 1940
  • Les années 90
  • Les années 80
  • Les années 70
  • Les années 60
  • Les années 50
  • Les années 40

Pour réserver

Date d'arrivée
Date de départ